Concours Jeune Critique
Présentation Programme Sco (4ème/Term) Règlement 2017 Palmarès 2017

Palmarès 2017

 Accueil palmarès Grand Prix Sections Cinéma

Grand Prix Prix "Bref, magazine du court métrage" : Anne Gagneux

Classe de 1ère, Lycée Blaise Pascal à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

Le film

Desert Bloom

Florian Kindlinger, Peter Kutin / Autriche, Etats-Unis / 2016 / Documentaire/expérimental / 13'00

En plus des machines à sous, Las Vegas a introduit le courant et la lumière dans le désert du Nevada. Le film propose une orchestration sonore des champs magnétiques provenant de cette déferlante de néons et de luminescence. Une symphonie de pollution électrique retentit, tandis que la lumière semble avoir disparu des images.

La critique

A Las Vegas, la nuit tombe, les néons s’allument, et illuminent la ville de leurs scintillements de tubes fluorescents. Desert Bloom, film hybride entre film expérimental et documentaire, a cela de particulier qu’il a pour sujet ces néons, symboles ostentatoires, et caractéristiques, des lumières du désert du Nevada.

On aperçoit alors, à l’écran, une lente succession de tubes fluorescents, complètements coupés du reste du monde, à la réverbération électrique et aux grésillements sonores, qui nous plongent dans un hypnotisme fasciné, à mesure que l’obscurité gagne sur un paysage totalement effacé. Seuls sont visibles les néons, aux couleurs extrêmement fortes, essence même des nuits de Vegas. Un son grave et incessant accompagne cette vision léthargique, modulé parfois, mimant les grésillements sourds des luminaires, et renforçant l’effet de transe dans laquelle on s’enfonce petit à petit, à mesure que le film se déroule.

En jouant sur les sous-expositions et surexpositions, ou en variant les vitesses, pour créer le mouvement, Florian Kindlinger et Peter Kutin proposent une vision abstraite et prenante de la vie nocturne de la ville, à travers un périple étrange et fascinant, semblable visuellement à l’œuvre ondulatoire de Rainer Kohlberger, Moon Blink (2015).

Critique de la société de consommation, à travers ces entêtants mélanges d’images aveuglantes et de sons stridents, ou simple évolution de regard par rapport à celle-ci, la vision de la société qui nous est proposée par ce court-métrage est une vision, certes, décalée, mais touchante. Une sensation, comme incompréhensible, de réalisme s’en dégage, et fait de Desert Bloom un film marquant, plein de sincérité.

Commission du Film Auvergne Missions et Fonctionnement Les aides à la production Décors Films tournés en Auvergne L'Auvergne en bref Liens Espace Professionnel


Divers Contacts Partenaires Espaces publicitaires Mentions légales