Concours Jeune Critique
Présentation Programme Sco (4ème/Term) Règlement 2017 Palmarès 2016

Palmarès 2016

 Accueil palmarès Grand Prix Lycée Professionnel

Grand Prix Lycée Professionnel : Florian Doual

Classe de 1ere, Lycée professionnel Pierre Boulanger de Pont-du-château (Puy-de-Dôme)

Le film

Subotika, land of wonders

Peter Volkart / Suisse / 2015 / Documentaire/fiction / 13'30

Subotika est une île méconnue du bout du monde. Dans le but de promouvoir le tourisme dans le pays, le ministre des Affaires étrangères commande un film publicitaire. Un pays de rêve, des paysages à couper le souffle, de grands projets et quelques problèmes mais rien de grave.

La critique

Ce court-métrage de Peter Volart se présente comme un film promotionnel pour un pays, « Subotica »; on apprend au début que ce film répond à une commande du ministre des affaires étrangères de ce pays. On retrouve un couple de jeunes mariés que l’on suit pendant leur voyage de noce dans cette région perdue du monde. Il n'y a aucun dialogue dans le film mis à part la voix off, en allemand, du narrateur. Parmi les plans d'ensemble destinés à vanter le côté idyllique de ce pays, sont présentées par exemple des structures métalliques en plein désert qui n'auraient rien à faire dans un film touristique, ou encore à l’arrière-plan d'un panneau publicitaire dégradé une centrale nucléaire en ruine ! Il en va aussi du vendeur de fast-food « chez Igor » qui vend des repas « vivants » et son frère jumeau qui attend de partir dans l'espace depuis des années ! Tout n’est qu’ironie dans ce court-métrage, des images jusqu’aux dialogues. J'ai aimé ce film pour cet humour très décalé et sa présentation par l’absurde, comme parmi les choses à voir, l’usine de clou et ce musée imaginaire à visiter, sur plan ! Entre l’explosion d’une bombe nucléaire, le site de lancement, cette figure du cosmonaute et la voiture qui ressemble à une Trabant, le rappel à la guerre froide est très présent.
Le bonheur du jeune couple est retranscrit avec des mouvements assez comiques qui m’ont fait penser par moment aux films muets et notamment à Charlie Chaplin. Le traitement de l’image est également en décalage complet avec un film promotionnel, et l’effet attendu. En effet, l’image est vieillotte avec des tons pastel, et le réalisateur s’est amusé à volontairement lui donner cet aspect « nostalgique », d’une époque révolue, en mélangeant des images façon « caméra super 8 » et des plans presque surréalistes, que l’on dirait tout droit sorti d’un tableau de Dali.

Commission du Film Auvergne Missions et Fonctionnement Les aides à la production Décors Films tournés en Auvergne L'Auvergne en bref Liens Espace Professionnel


Divers Contacts Partenaires Espaces publicitaires Mentions légales